Lauréats 2017

Charlotte Weil : « Visualisation de données de services écosystémiques pour promouvoir des décisions plus durables. »

A une époque où la représentation visuelle prend une place importante dans la communication scientifique, ce travail créatif et intelligent apporte des éléments importants pour représenter les données sans fausser le contenu et l’illustre de façon intéressante avec un exemple de la région de Nairobi. 

Loïc Bernet, Nina Haftka et Catherine Marielle Nachbar: « A la suite de Leberecht Migge, renouer avec les cycles métaboliques. »

S’inspirant des préceptes de Leberecht Migge et de deux quartiers construits selon ses préceptes à Francfort dans les années 1920, ce travail méticuleux et original propose un projet de design urbain pour les Côtes de la Bourdonnette et constitue une réflexion stimulante sur l’aménagement d’un quartier qui, à travers la prise en compte volontairement low-tech des métabolismes, minimise son empreinte environnementale.

Stéphanie Roux et Alexandre Rychner: « HabERI, une nouvelle forme d’habitat évolutif pour réfugiés. »

Ce travail de recherche soigneux, riche et sensible, qui éclaire la réalité méconnue de camps de réfugiés provisoires devenant des villes transitoires et parfois définitives, saisit de manière remarquable et stimulante les enjeux sociaux et environnementaux d’une nouvelle forme d’habitat évolutif léger et durable.